Maroc Verratti: «Ibrahimovic me manque»

H24info
Maroc Verratti: «Ibrahimovic me manque»

©DR

Avant d’affronter Bâle en Ligue des champions, le milieu de terrain italien du PSG s’est confié au quotidien Le Figaro.

Après un début d’année 2016 gâché par une pubalgie, Marco Verratti retrouve peu à peu ses sensations. Lundi, le petit italien, souriant et détendu, a reçu Le Figaro au Camp des Loges pour évoquer sans détour ses ambitions, son avenir et le nouveau visage du PSG version Emery.
 
Comment jugez-vous le début de saison du PSG ?
Marco Verratti: On a eu un peu de difficulté durant la première partie du championnat. Ça vient de beaucoup de choses. On a changé de coach, beaucoup de joueurs très importants pour nous sont partis. C’est normal d’avoir connu un tel début. Mais, on revient petit à petit. C’est de mieux en mieux. La saison est longue. Je pense que les difficultés serviront à fortifier l’équipe pour l’aider à aller le plus loin possible.
 
Comprenez-vous les critiques régulières autour du PSG ?
A Paris, on est habitué à recevoir des critiques. C’est normal. Le club a acheté des joueurs très forts pour bâtir une grande équipe. Les gens s’attendent à ce que l’on gagne tous les matches 4-0 et en jouant bien. Mais le football, ce n’est pas aussi simple. Si on n’est pas concentré à 100%, on ne peut pas gagner. Car les autres équipes sont bien préparées tactiquement et physiquement.
 
Est-il compliqué de s’adapter au style de jeu d’Unai Emery plus direct que celui de Laurent Blanc ?
Je ne pense pas qu’ils soient très différents. Le coach veut aussi la possession mais il réclame également qu’on récupère le ballon très vite et très haut pour mettre en difficulté les adversaires. Nous devons suivre ses directives. C’est normal que ça demande un peu de temps. On est 23 joueurs. Ce n’est pas facile de comprendre tout de suite, tous ensemble en même temps. Mais j’aime son style de jeu.
 
Y-a-t-il eu comme certains l’ont affirmé une réunion après la défaite à Toulouse pour revenir au jeu pratiqué la saison dernière ?
Je ne vois pas de quelle réunion vous parlez. Mais c’est forcément plus facile de s’améliorer quand on perd un match. Quand on gagne, il y a plein de petites choses que l’on ne voit pas. On fait beaucoup d’analyse vidéo de nos matches. C’est utile. Dans ces réunions, le coach laisse énormément parler les joueurs. Car on sent mieux les choses sur le terrain. On a tous le même objectif, construire une équipe. C’est une bonne chose qu’il nous écoute. Tout le monde a son mot à dire.

Comment avez-vous vécu le départ de Zlatan Ibrahimovic ?
C’est un départ important. Et pas juste pour moi. «Ibra» n’était pas seulement un joueur formidable. Il faisait aussi s’améliorer les autres. Il est très difficile à remplacer. Pas que pour le football. Pour tout ce qu’il y a autour : dans le vestiaire, aux entraînements, dans la préparation des matches. C’est quelqu’un qui veut toujours gagner et qui transmet cette mentalité à toute l’équipe. J’avais une relation privilégiée avec lui. Il me manque. C’est une très bonne personne et un très grand joueur. Mais on a aussi d’autres grands joueurs qui ont pris sa place dans le vestiaire. Je pense à Maxwell, Thiago Silva ou Thiago Motta, qui ont tout gagné dans leur carrière. On doit les suivre. C’est bénéfique pour tout le monde.
 
Avec ce départ, on dit parfois que vous êtes la nouvelle star du PSG...
Ça fait plaisir que l’on parle de moi comme ça mais pour gagner et faire de grandes saisons, on n’a pas seulement besoin d’un joueur, mais de tout le monde. J’aime les responsabilités parce que ça veut dire que je suis important pour l’équipe et pour le club. C’est quelque chose que j’ai senti dès mon arrivée.
 
Ezequiel Lavezzi est parti un peu plus tôt du PSG. Il était réputé pour être l’ambianceux du groupe. Qui a pris la relève ?
«Pocho», il était bien avec tout le monde. Un joueur très généreux, toujours disponible pour les autres. Le remplacer, c’est vraiment difficile. C’est une personne unique. Il amenait de la vie dans le vestiaire, n’était jamais triste, avait toujours le sourire. Il était très important pour nous. Fideo Di Maria s’occupe de la musique depuis qu’il est arrivé. C’est un peu la même musique que Pocho d’ailleurs.
 
Comment vous sentez-vous physiquement ?
Pour la première fois depuis longtemps, je me sens vraiment bien. Je peux enchaîner deux matches dans la semaine sans être «mort» comme avant (sourire). Pour un joueur, c’est la chose la plus importante d’être à 100%. Physiquement et mentalement. La saison dernière, ça ne m’est jamais arrivé. C’était très difficile à vivre. Un jour, ça allait bien, et le lendemain, ça n’allait pas. Aujourd’hui, je me sens très bien dans cette équipe. J’espère qu’on va faire une saison encore meilleure que celle de l’an passé.

Que vous apporte Unai Emery par rapport aux autres entraîneurs que vous avez connu au PSG ?

Unai nous transmet tous les jours l’envie de gagner. Il travaille 24 heures sur 24 pour l’équipe. C’est un coach qui insiste sur les petits détails et parle beaucoup. J’aime pouvoir discuter avec lui. Quand je vois tout ce qu’il accomplit, je veux lui rendre la pareille, être à 100% pour lui.

Marius Trésor a parlé de vous comme un joueur vicieux et mettant la pression aux arbitres dimanche dans L’Equipe. Quelle est votre réaction ?

Tout le monde peut avoir une opinion, je respecte la sienne. Je ne souhaite pas polémiquer. Dans la vie de tous les jours, je ne suis pas vicieux et je n’aime pas les personnes vicieuses. Après,sur le terrain, je peux avoir un côté vicieux car j’ai toujours envie de gagner. Mais ça ne dure que 90 minutes. Concernant les arbitres, je ne leur mets pas de pression. Dans un match, quand je rate quelque chose, mes coéquipiers me font la remarque. Alors quand l’arbitre rate quelque chose, j’essaie de lui dire, c’est tout.

Le PSG a-t-il toujours l’ambition de gagner la Ligue des champions cette année ?

Oui. On veut aller plus loin que l’an passé. Mais on sait que ce sera très difficile. Il y a des équipes plus favorites que nous, comme le Bayern ou Barcelone. Ça fait quatre ans que l’on s’arrête en quarts de finale, on doit réussir à franchir ce cap. On travaille dur pour ça avec notamment un match très important contre Bâle mercredi.

En général, je pense à partir quand je ne suis pas bien dans une équipe.

Vous considérez donc le PSG moins fort que la saison dernière ?

Non. De grands joueurs comme Ibra sont partis mais ont été remplacés par d’autres grands joueurs. Je pense notamment à Cavani qui a trouvé sa place. Les années précédentes, il ne jouait pas à son vrai poste. C’est un joueur qui maintenant marque but sur but. On peut compter sur lui. Je ne pense pas qu’il existe un attaquant qui se créé autant d’occasions que lui dans un match. Ça ne se voit pas forcément, mais il court beaucoup, fait énormément d’efforts pour l’équipe.

Quel regard portez-vous sur le rachat de l’OM que vous allez affronter dimanche ?

Je veux que toutes les équipes françaises achètent de meilleurs joueurs pour améliorer le championnat et donner un meilleur spectacle. Marseille, c’est une équipe qui a fait l’histoire du championnat de France. Aujourd’hui, ils ont quelques problèmes. Mais j’espère qu’ils vont remonter. Car les matches contre eux sont toujours différents.

Un nouvel échec en Ligue des champions peut-il remettre en question votre avenir à Paris ?

En général, je pense à partir quand je ne suis pas bien dans une équipe. Pour le moment, je me sens bien dans le club et dans la ville. Je fais partie d’un projet qui a commencé juste avant que je n’arrive (en 2012). Je me sens important, comme un membre de la famille. Ça ne dépend pas que de moi mais ça me ferait vraiment plaisir de rester ici pour longtemps. Je veux vraiment gagner la Ligue des champions avec ce club avant de partir. C’est mon défi. Et comme je suis têtu...

Par : Aurélien Billo, Vincent Duchesne pour H24info

Vos commentaires

Envoyer à un ami

Maroc Verratti: «Ibrahimovic me manque»