Joueur FIFA de l'année: un vote entre incohérence, copinage et patriotisme

Sur son site officiel, la Fifa a publié le détail des votes pour le titre de joueur mondial de l’année 2016. Avec des résultats parfois surprenants.

Cristiano Ronaldo élu joueur Fifa de l’année. Jusque-là, rien de surprenant. Vainqueur de la Ligue des champions avec le Real Madrid et de l’Euro 2016 avec le Portugal, le Ballon d’Or 2016 était le grand favori de ce prix décerné par l’instance dirigeante du football mondial suite aux votes des capitaines de sélections, des entraîneurs des équipes nationales, des journalistes et des supporters. Ronaldo a ainsi récolté 34,5% des voix exprimés, devant Lionel Messi (26,4%) et Antoine Griezmann (7,5%). Mais la logique s’arrête là. Car à y regarder de plus près le détail des votes, publié par la Fifa, les incohérences sont nombreuses et les décisions de certains ô combien savoureuses.
 

Messi et Ronaldo ont voté pour…
 
L’un des premiers réflexes, au moment de découvrir la liste des votants, a été de voir pour qui avaient bien pu voter Lionel Messi et Cristiano Ronaldo, en tant que capitaines de leur sélection. Et sans surprise, ni l’un, ni l’autre n’a osé faire l’honneur à son adversaire préféré de figurer dans le Top 3. Pour Messi ? Un trio 100% barcelonais : Luis Suarez, devant Neymar et Andrés Iniesta. Pour Ronaldo ? Un trio 100%... madrilène : Gareth Bale, devant Luka Modric et Sergio Ramos. Dans ce duel à distance entre le Barça et le Real Madrid, la surprise est venue de Sergio Ramos. Si le capitaine de l’Espagne a placé CR7 en tête, il a complété son podium avec Lionel Messi et Andrés Iniesta, deux joueurs catalans. Un choix qui ne va pas manquer de faire réagir de l’autre côté des Pyrénées…

Le sélectionneur chilien ne vote que pour un joueur !
Comme souvent dans ce genre de vote, le patriotisme et le copinage sont autant de désirs qui poussent certains à des choix étonnants. Pour ne pas dire farfelus. Pour le sélectionneur chilien Juan Antonio Pizzi, le meilleur joueur de l’année 2016 n’est autre que la star du Chili, Alexis Sanchez. Et puis c’est tout ! Pizzi a en effet délibérément zappé la suite du classement, ne donnant aucun point à d’autres joueurs.
 

La palme du copinage pour…
Si Wayne Rooney a placé son compatriote Jamie Vardy en 3e position, si Hugo Lloris et Didier Deschamps ont logiquement voté pour Antoine Griezmann, devant Messi ou Ronaldo, sans oublier la Suède qui consacre unanimement Zlatan Ibrahimovic, la palme revient sans conteste aux Allemands. Le sélectionneur de la Mannschaft Joachim Löw a ainsi mis en avant trois de ses joueurs : Toni Kroos, Mesut Özil et Manuel Neuer. Neuer, lui, a choisi le même duo gagnant, dans le même ordre, tout en ajoutant son partenaire en club, le Polonais Robert Lewandowski sur la troisième marche du podium. Mais ce n’est pas tout ! Le trio Kroos, Neuer, Ôzil apparait également un peu plus loin dans la liste. Un vote effectué par le sélectionneur de la Roumanie. Qui n’est autre que… Christoph Daum, un technicien allemand.
 

Lire aussi  Un député russe souhaite légaliser les bagarres de hooligans en sport

Le trio le plus improbable pour le coach des Samoa
Pour finir, au rayon des choix insolites, notons le titre de meilleur joueur de l’année 2016 attribué au milieu de terrain belge de Manchester City Kevin De Bruyne par le capitaine de la Nouvelle-Zélande Chris Wood. Pour le sélectionneur des Îles Turks-et-Caïcos et son capitaine, il s’agit plutôt de l’Anglais de Leicester Jamie Vardy. La Palestine, elle, n’a d’yeux que pour un autre grand artisan du titre de champion d’Angleterre des Foxes : Riyad Mahrez, plébiscité à la fois par le sélectionneur et le capitaine. Enfin, l’un des trios les plus improbables est à mettre à l’actif du coach des Samoa Larry Mana’o. Numéro 1 ? Alexis Sanchez. Son dauphin ? Paul Pogba. Et sur la troisième marche ? Dimitri Payet.