Manchester United-Saint-Etienne : Zlatan va retrouver la France

1

L’ancien goleador du PSG sera l’atout majeur des Red Devils face aux Verts, jeudi, en 16es de finale aller de la Ligue Europa.

«?Je suis venu comme un roi, je pars comme une légende.?» En mai dernier, Zlatan Ibrahimovic refermait à sa manière le chapitre français de sa carrière. Après quatre saisons au Paris Saint-Germain, le hâbleur suédois filait à l’anglaise direction Manchester United. Neuf mois plus tard et après des premières retrouvailles ratées lors de l’Euro 2016 (élimination au premier tour), «?Ibra?» s’apprête à renouer le fil de son histoire avec l’Hexagone à l’occasion d’une double confrontation vintage contre l’AS Saint-Étienne en seizièmes de finale de la Ligue Europa. Deux matchs présentés comme «?deux finales?» par le colosse de Rosengard, toujours fringant malgré ses 35 printemps. «?Je suis comme le bon vin. Plus je vieillis, plus je deviens bon?», se flatte-t-il.
 

Ceux qui glosaient sur son âge avancé ont en effet rabattu leur caquet. Car si les Red Devils, en reconstruction, ne jouent pas les tout premiers rôles outre-Manche (sixièmes de Premier League), Ibrahimovic, lui, continue de squatter le haut de l’affiche. En trente-quatre matchs, il a déjà marqué vingt fois, dont quinze en championnat. «?Il n’y a rien de nouveau pour moi, ricane Zlatan, dont le bilan aurait pu être encore plus probant sans une traversée du désert à l’automne. Si l’on excepte la saison dernière, qui était complètement folle (50 buts en 51??matchs avec le PSG), je suis dans mes standards habituels.?» Qui lui ont permis, depuis près d’une vingtaine d’années, de parader aux quatre coins de l’Europe (Malmö, Ajax Amsterdam, Inter et Milan AC, Juventus, Barcelone).
 
«?Comme Napoléon, j’ai conquis chaque pays où je suis allé?», s’est d’ailleurs vanté Ibra devant les médias suédois en novembre, après avoir reçu son dixième titre de joueur de l’année d’affilée. «?C’est un joueur de classe mondiale. Ici, personne n’est véritablement surpris par son adaptation?», confie Ben Grounds, du Daily Mail. Dans un championnat réputé pour sa dureté, le physique de Golgoth du Scandinave (1,95 m, 95 kg) était taillé pour faire des dégâts. «?Ce qui impressionne en revanche, c’est la rapidité avec laquelle il s’est entendu avec Paul Pogba?», constate le journaliste.
 

Après une période de rodage, la cohabitation réussie entre les deux superstars, complices sur et en dehors du terrain, est à la base du renouveau mancunien (une seule défaite lors des vingt-deux derniers matchs). «?Il est comme un grand frère?», dit de lui le Français. L’alchimie est telle que Manchester United tient absolument à la préserver. En fin de contrat en juin prochain, Ibrahimovic, parfois annoncé partant pour les États-Unis ou de retour en Italie (Naples), s’est ainsi déjà vu proposer une prolongation. «?La balle est dans son camp, mais il est probable qu’il soit encore à Manchester l’an prochain?», indique Ben Grounds. «?Je suis totalement convaincu qu’il va rester?», assure de son côté José Mourinho, l’autre homme fort du club.
 
En attendant, les Red Devils, encore engagés dans quatre compétitions, ont une fin de saison palpitante à jouer. De quoi aiguiser l’appétit du géant Ibra?: «?On a déjà gagné le Community Shield (en août) et même s’il va être difficile d’être champion, on doit essayer de remporter au moins deux ou trois trophées supplémentaires.?»
 
L'hommage de Galtier
 
Une quête qui démarre jeudi soir à Old Trafford contre Saint-Étienne, le club face auquel Zlatan a le plus marqué dans sa carrière (14 buts en 13??matchs). Pas rancunier, Christophe Galtier se fait une joie de le retrouver. «?C’est un grand joueur et un grand monsieur, qui a encore défié tous les pronostics en étant performant dans un championnat très difficile, confie au Figaro l’entraîneur stéphanois. J’ai toujours pris plaisir à le croiser, à le saluer et ce sera encore le cas cette fois-ci.?» C’est la moindre des choses quand on rencontre une «?légende?».